#MaryToxicis

  • 128 X 160 cm
  • aérosol sur toile + projecteur led ( en supp. )
  • Marie de Medicis

En savoir plus

Alors que ce « Vert galant » d’Henri IV, fraîchement divorcé de la reine Margot, avait promis le mariage à Gabrielle d’Estrée, il négociait son union avec Marie de Médicis ! De 22 ans plus jeune que le Roi, Marie est la fille du Grand Duc de Toscane, grande famille de banquiers fortunés. Une riche union qui pourrait résoudre les « péoccupations financières » du roi. Cela lui vaudra le surnom peu glamour de : « grosse banquière ». Marie fut reine de France et de Navarre de 1600 à 1610. Henri, fort peu amoureux, retarda le plus possible la cérémonie du couronnement de Marie, à tel point qu’elle se déroulera le 13 mai 1610, la veille-même de son assassinat par Ravaillac ! Marie ne supporte pas l’infidélité chronique et non cachée de son époux. Il faut dire qu’Henri IV souhaite donner une éducation à tous ses enfants illégitimes et ce, au Château. Ils auront 6 enfants ensemble dont, le futur Roi Louis XIII. Quand le roi est assassiné à Paris, l’enfant est encore bien trop jeune pour régner et c’est elle qui assure la Régence, avec Richelieu. La politique de la reine provoque des mécontentements. Les protestants s’inquiètent du rapprochement de Marie avec Sa Majesté Très Catholique, le roi d’Espagne, Philippe III. A la cour, elle risque de renforcer le pouvoir monarchique par le biais de ses favoris italiens comme Concino Concini. (époux de sa soeur, dont on dit que « parfois, sortant de la chambre de la reine, il rajuste délibérément ses chausses pour alimenter la médisance des courtisans, dont il s’amuse par bravade » ).

TEXTE : ©DANY PRAT

La « grosse banquière»…
La vie de Marie de Médicis fut pleine de rebondissements et donna lieu à de nombreuses controverses. Certains diront qu’elle a détruit ce qu’Henri IV avait accompli. Marie de Médicis : la légende noire, aurait engendré dépenses excessives, gaspillages, corruption et complots. En total desaccord avec son fils Louis XIII, elle sera exilée au château de Blois puis entrera en guerre contre Richelieu avec qui elle avait pourtant assuré la Régence.
Elle devra s’enfuir à l’étranger et sera privée de son statut de Reine de France et de ses pensions. Elle finira ses jours dans l’une des maisons de Rubens, peintre qu’elle avait fait entrer à la cour.